Qui est May Kaidee?

L'histoire de la fondatrice

Ses premières années

Sommay Jaijong, connue sous le nom de May (parfois prononcé "Mai"), rêvait de gérer un restaurant depuis l'âge de 12 ans. Bien que son nom signifie compétences en marketing, May n'était passionnée uniquement par la cuisine, nouer des relations amicales et sensibiliser les curieux sur tout ce qui est comestible. Ironiquement, pour les habitants de la ville natale de May, pratiquement tout était comestible. Les villageois du nord de la Thaïlande, travaillait dur pour joindre les deux bouts et consommés tout ce qui était disponible.

À 14 ans, May quitte l'école pour aider à la maison. Avec l'aide de ses frères et sœurs, May récoltait et vendait des légumes, travaillait dans les champs de riz et s'occupait des buffles d'eau d'Asie. Tandis que sa mère était incapable de payer une charrette en bois, le travail était difficile et demandait beaucoup de temps. May passait ses journées seule à l'extérieur, loin de la cuisine. Elle n'a jamais eu l'occasion d'aider à préparer les repas, étant la désignée attrapeuse de grenouilles pour le repas du soir. Toutefois, May ses aspirations culinaires en rêvant qu'elle servait ses propres plats aux riches de Bangkok.

En conséquence, il n'aura fallu qu'un an que pour ses premiers projets se concrétisent, du fait que sa tante demanda à la famille Jaijong l'assistance de May dans son restaurant végétarien situé à Bangkok. Submergé par cette bonne nouvelle, May acheta son premier billet de train. Les nouvelles balayèrent le village comme un feu de forêt. Tout le monde était ravis à l'idée qu'un avenir glorieux attendait l'une d'entre eux. May, un peu anxieuse, s'émerveillait en s'imaginant cette vie citadine, luxueuse et branchée, comme si elle était déjà à la tête de la capital du Siam.

Au contraire, May découvrit des rues peuplées et bruyantes, une forte pollution, et des habitants indifférents. Incapable de parler l'anglais et effrayé par les étrangers, elle a passé sa première année au restaurant intentionnellement hors de vue, lavant la vaisselle. Au fur du temps, May devint serveuse, développant progressivement sa confiance dans la pratique de l'anglais. Puis, elle apprit à cuisiner des recettes du menu de restaurant végétarien.

Malgré son travail dans les cuisines végétariennes, May continuait à consommer des produits animaux presque à tous les repas, afin d'éviter les plats sans saveur de sa tante. Pourtant, à 19 ans, May, en proie à la fatigue et l'indigestion, considéra, à contrecœur, la suggestion de son oncle de suivre un régime sans viande, mai considéré la suggestion de son oncle d'un régime sans viande, en lui affirmant qu'elle n'allait pas subir ce nouveau régime végétarien mais au contraire qu'elle l'adorerait.

Alors, les recettes May Kaidee virent le jour. En empruntant et modifiant les plats non-végétariens de sa mère et ses plats préférés thaïlandais, en éliminant les ingrédients d'origine animale, et en rajoutant ses propres saveurs, May Kaidee créa ses premières recettes. Se référant au menu de sa tante, elle rajouta plus de saveurs et d'herbes et d'épices thaï puis élabora ses propres sauces et pâtes. Enfin, May convainquit en persuadent les autres de goûter ses créations, grâce aux commentaires et avis, elle perfectionnait en conséquence chaque plat.

Régulièrement recommandées aux amis et à la famille du personnel, la popularité de May grimpa rapidement des échelons et elle créa son propre menu. En peu de semaines, May perda beaucoup de poids et vainquit des années de fatigue. Dû à sa nouvelle estime d'elle-même et son enthousiasme quant à la cuisine végétarienne, May se sentait en vie avec une énergie abondante et une grande endurance. De plus, sa transformation stupéfia et inspira les autres. Beaucoup suivirent une alimentation végétarienne et atteignirent des résultats très positifs. Convaincu de la cuisine de May Kaidee et impressionné par sa capacité à améliorer ce qui était déjà considéré comme appétissant, on insistait sur le fait que May se devait d'ouvrir son propre restaurant.

May aujourd'hui

Aujourd'hui, vingt ans plus tard, possédant des restaurants et des écoles culinaires à Bangkok et Chiang Mai, May est reconnu en Thaïlande comme une grande entrepreneuse. Son nom commercial, "May Kaidee", vient de la signification de son prénom, indiquant ses aptitudes en affaires et en marketing, se traduisant, "May se vend bien". En effet, continuant à s'établir professionnellement, May invita les membres de sa famille et ses amis de son village natal à travailler pour elle à Bangkok, promouvant, tout comme sa tante l'a fait, une vie alternative plus confortable.

À l'échelle internationale, May se charge d'instruire le personnel de restaurants thaï à travers l'Europe et l'Asie. De plus, fréquemment demandée lors de conférences, retraites, séminaires sur la santé, ou d'événements sur la nutrition, May donne des cours dans le monde entier. En Russie, May donna une conférence à des grands chefs de cinq hôtels étoilés à St-Petersburg. Elle est également renommée à Moscou pour son sensationnel film sur la cuisine thaï végétarienne traduit en russe. De plus, May a passé du temps à Londres afin de partager ses secrets culinaires ainsi qu'au Japon où elle anima des cours sur la santé dans des fermes biologiques. En 2002, May Kaidee's fut sélectionné comme étant au top des restaurants par le magasine "Metro Magazine" en Suède et fut nominé aux Awards internationals relatifs aux hotels touristiques et les compagnies de restaurations par le magasine espagnole "Mercado Mundial". Que dire de plus... May apparut à la télévision thaïlandaise, allemande, française et chinoise, sa grande majesté le prince Philippe de Belgique sélectionna May comme étant le meilleur chef de Thaïlande.

Réputée à travers le monde, May Comme la cuisine de mai est digne d'un prince, il ne est pas étonnant que de restaurants végétariens mai Kaidee peuvent être trouvés dans les guides de voyage tels que Lonely Planet, Groovy Plan, Rough Guide, Thomas Cook, Allons Thaïlande! Frommer, et AA KEY Guide. Son succès a également été couverte par Bangkok Post, Thai journal quotidien, Metro Thaïlande, Come Out Bangkok et Himatet Farang Magazine.

Alors que sa réputation se étend à travers le monde, mai non seulement les bosses dans les anciens clients et les étudiants lors de ses voyages, mais continue d'étendre sa suite de fans. En effet, les restaurants de mai sont stomping populaires pour les voyageurs étrangers, à la recherche de mange fiables, nutritifs et appétissants. Juste un avant-goût de la cuisine de mai Kaidee provoque première fois les clients à devenir des «habitués», fidèles même pour ceux sur une courte visite en Thaïlande. En fait, les touristes qui ont eu l'expérience mai Kaidee et de faire de fréquentes visites au Pays du Sourire, résident souvent à la maison d'hôtes de mai ou à la base de leur séjour près de l'un de ses restaurants.

À l'heure actuelle, l'ambition de mai est de partager avec le monde un peu de la culture thaïlandaise, ainsi que ses recettes, de santé-restauration célestes pour revitaliser l'esprit, le corps et l'esprit. Bien que ne se occupe pas des clients en Thaïlande, mai passe du temps à New York promouvoir ses recettes de signature.